La télématique, au service de qui?

La télématique, au service de qui?

by Charles-Antoine Carra

Libellés:, , , , , ,

« Mais au final, y aura-t-il vraiment moins d’accidents? »

hLe Business Insider a éveillé ma curiosité deux fois plutôt qu’une en nous parlant de télématique dernièrement. La télématique, c’est cette technologie sur laquelle de plus en plus d’assureurs basent leur tarification. C’est cette technologie qui étudie et compile votre façon de conduire pour considérer ce qui est bon ou mauvais pour éventuellement vous donner un « rabais » par la suite.

Les facteurs de mesure varient, mais, en gros, les assureurs mesurent vos excès de vitesse, vos freinages ou accélérations brusques, vos heures et durée de conduite, etc. Les utilisateurs n’ayant « rien à se reprocher » seraient nécessairement avantagés par cette technologie. Mais qu’est-ce que ça veut dire, n’avoir « rien à se reprocher »? La réponse est différente d’un assureur à l’autre… et surtout, plus cette technologie évoluera, plus la définition pourrait englober différents facteurs et devenir invasive.

Devriez-vous payer plus lorsque vos réflexes seront moins aiguisés en vieillissant? Lorsque vous aurez une période de stress au travail? Lorsque vous serez changé de quart de travail? Lorsque vous aurez des allergies? Lorsque vous vous habituerez à un nouveau véhicule? Lorsque vous irez travailler avec votre véhicule malgré les intempéries? Lorsque vous conduirez des enfants à l’école et qu’il y aura du bruit dans la voiture? J’exagère? Pas vraiment.

Le Business Insider nous indiquait au mois d’août dernier que l’assureur américain Allstate étudiait la possibilité d’étendre les capacités de la télématique pour observer les mouvements de tête et des yeux du conducteur, des voix dans le véhicule, du nombre d’appels reçus sur le téléphone. Il y aurait même la possibilité de mesurer certaines informations à propos des véhicules autour de vous. Comme quoi la technologie censée vous mesurer pour vous offrir un rabais pourrait permettre l’étude des habitudes de conduite des conducteurs autour de vous… pour éventuellement vous tarifier globalement.

Si jamais la télématique venait à mesurer tout le monde, qu’arriverait-il? La même chose qu’actuellement en fait, il y aurait un certain nombre d’accidents et d’argent à payer par les assureurs. Ce montant serait possiblement réparti différemment. Mais comment le deviner à l’avance? Les actuaires feraient des prévisions, comme actuellement. Mais ils n’en viendraient pas tous aux mêmes conclusions, car l’avenir demeure incertain.

Mais au final, y aura-t-il vraiment moins d’accidents? Le Business Insider nous mentionne que, jusqu’à présent, les accidents n’ont pas diminué sauf chez les jeunes conducteurs. Cette technologie serait donc réellement bénéfique pour les jeunes conducteurs alors que la télématique servirait de chaperon dans le véhicule. Au final, ce sont des vies qui pourraient être sauvées ainsi. Chez les plus aguerris par contre, les résultats ne seraient pas très probants globalement. Au final, les données permettraient un profilage pour surtarifier statistiquement certains conducteurs et la télématique n’améliorerait pas les résultats globaux.

Si j’étais un assureur, j’en viendrais peut-être à la conclusion que si les résultats ne sont pas améliorés par la télématique c’est peut-être que ceux qui choisissent de la prendre sont déjà de bons conducteurs? Qu’arrivera-t-il le jour où un assureur décidera que les mauvais conducteurs sont ceux qui choisissent de ne pas prendre la télématique?

Certes, aujourd’hui, vous n’avez rien à vous reprocher. Alors le rabais est tentant. Mais demain, en permettant aux technologies invasives d’interagir dans vos vies, vous permettrez aussi les dérives. Et si la technologie permet déjà de mesurer qu’il pleut et que vous êtes malade, mais que vous devez quand même aller travailler pour gagner votre vie, et que ça constitue un élément aggravant pour un assureur, faut que je vous dise que la dérive n’est pas tellement loin…

Auteur Lareau - Charles-Antoine Carra
Charles-Antoine Carra

Directeur - Service aux particuliers