Limitations particulières

Le pot de change de tante Hortense

by Charles-Antoine Carra

« Et elle n’est pas la seule : Plusieurs personnes ont, à la maison quelque part, un pot de change dans lequel ils versent leur trop plein de monnaie.  »

Tante Hortense a toujours eu cette manie de ramasser son argent et de le mettre dans un ancien pot de lait qui date d’une autre époque. Et elle n’est pas la seule : Plusieurs personnes ont, à la maison quelque part, un pot de change dans lequel ils versent leur trop plein de monnaie. Que ce soit leur seule forme d’économie, ou une simple manie, ils se croient ainsi en sécurité. Parfois dans un coffre-fort à la maison ou encore, sous ce bon vieux matelas. Caricatural? À peine… mais de toute façon, ces gens sont responsables et se sont assurés. Ils peuvent ainsi dormir sur leurs deux oreilles… vraiment?

Hé bien non. Les contrats d’assurances prévoient ce que l’on appelle en assurance des limitations particulières. Cela vient limiter le montant payable par la compagnie d’assurance pour un lot de biens spécifiés selon l’événement à l’origine de la réclamation.

Faisons donc un simple exercice. À votre avis, lequel (lesquels) de ce(s) personnage(s) pourrai(en)t être touché par lesdites limitations particulières?

  • Hector, le marchand d’arts à la retraite
  • Pierrot, le sportif à vélo
  • Lucie, qui se fait constamment prendre au jeu des maisons de disques par catalogue
  • André, le fin palais qui s’y connait en vin
  • Gilbert, qui a la collection complète des figurines de Star Wars
  • Enfin, Hortense et son pot de change

Réponse : Tous
Tous?
Oui, tous.

Le Bureau d’Assurance du Canada s’est récemment penché sur la question et a clarifié un terme qui était souvent litigieux en cas de réclamation : les limitations particulières. Elles sont scindées en 2 parties dans votre contrat :

  1. Les limitations peu importe le risque
  2. Les limitations en cas de vol seulement

Mais pourquoi donc?

Car les assureurs établissent des prévisions selon lesquelles un assuré a, à peu de choses près, sensiblement les mêmes biens qu’un autre assuré. Ainsi, ça permet aux assureurs de faire une tarification standard pour à peu près tout le monde, sans avoir à mettre en cause chaque petite collection de cuillères ou chaque nouvelle bicyclette. En autant que le tout demeure dans des valeurs relativement basses. Surveillez donc votre contrat!

Posez-vous la question. Avez-vous à la maison des biens en quantité ou en qualité qui font de vous un assuré possiblement à part des autres? Si oui, vous n’êtes pas pour autant dans le pétrin!

Il existe ce que l’on appelle une police d’assurance pour biens spécifiquement assurés. Ces polices sont généralement très abordables et facilement juxtaposables à votre contrat d’assurance habitation. Pour quelques dollars par mois, vous aurez l’esprit en paix et sinon, prenez les précautions nécessaires pour réduire votre risque!

Les limitations particulières touchent en général et de façon non exhaustive :

Type 1 : Peu importe le risque à l’origine du sinistre :

  1. Monnaie et billets de banque
  2. Bateaux, voiliers et planches à voiles
  3. Logiciels
  4. Animaux, oiseaux et poissons
  5. Biens professionnels
  6. Vin et spiritueux
  7. Tondeuses, tracteurs et chasse-neige

Type 2 : En cas de vol seulement :

  1. Collection de timbres et monnaies, cartes sportives, autres collections
  2. Bijoux, pierres précieuses, montres
  3. Fourrures
  4. Disques compacts, DVD, jeux vidéos et autres
  5. Bicyclettes
  6. Objets en or ou en étain
Auteur Lareau - Charles-Antoine Carra
Charles-Antoine Carra

Directeur - Service aux particuliers