S’improviser propriétaire foncier

S’improviser propriétaire foncier

by Charles-Antoine Carra

Libellés:, , , , , ,

« Si vous n’êtes propriétaire foncier que d’un seul logement à louer, vous n’avez qu’une mince chance de tomber sur un mauvais payeur ou un locataire qui endommagera son logement. »

h

Ce n’est pas compliqué. Comme la vie coûte trop cher et comme vous trouvez que votre revenu d’emploi ne vous garantira certainement pas une retraite dorée, vous devenez investisseur. Vous avez donc deux choix : la bourse ou l’immobilier. Comme la bourse fluctue beaucoup trop, que vous ne faites pas confiance aux « grands » décideurs et que vous êtes meilleur avec un marteau qu’avec une calculatrice, vous choisissez l’immobilier. C’est beaucoup plus simple et sûr.

La recette est simple. Pour faire de l’argent dans la vie, il faut être propriétaire. Replaçons-nous à la fin de mon dernier blogue. Vous avez fait un flip, vous avez réussi votre pari : budget et horaire respectés. Maintenant, il vous faut vendre votre bijou… mais la nostalgie vous noue la gorge. Vous avez teeeellement mis d’énergie dans ce beau projet. Les ouvertures portent la signature de votre imagination, les portes s’ouvrent aussi grandes que vos ambitions, vos mains habiles ont vissé tout ce gypse avec tant d’amour. C’est presque impossible de vous en départir. Mais vous ne pouvez quand même pas y habiter. Alors vous le louerez à quelqu’un, c’est un bon compromis. Louer à quelqu’un qui a l’air de porter autant d’amour que vous aux armoires que vous avez soigneusement imaginées, choisies, posées…

Je ne dépeindrai pas le type idéal de locataire à vos yeux. Ce pourrait être une ravissante jeune famille, un étudiant en médecine, un prêtre, une personne seule-non-fumeur-sans-enfants-sans-animaux-sans-musique-et-très-riche. En fait, ni l’un type ou l’autre n’aura le monopole du parfait locataire.

La location à autrui comporte toujours une certaine dose de risques. Il y a toujours un certain pourcentage de locataire qui payera mal ou qui endommagera la résidence. Au point de vue assurance, un locataire qui ne paye pas et qui endommage la maison ou l’appartement n’est pas un risque assuré ni assurable.

C’est donc le grand danger de s’improviser propriétaire foncier. Au-delà des potentiels appels en pleine nuit pour un tuyau qui vient de briser (ce qui, soit dit en passant est assuré sur tous contrats), des demandes de rénos ou de n’importe quel aléa de la vie de propriétaire foncier, moins vous avez de logements, plus vous êtes à risque. Étonné?

Un propriétaire immobilier avisé fera des enquêtes de crédit ainsi que de dossier criminel avant de louer son logement. C’est probablement ce qui vous protégera le mieux, mais ce n’est certainement pas infaillible. Si vous n’êtes propriétaire foncier que d’un seul logement à louer, vous n’avez qu’une mince chance de tomber sur un mauvais payeur ou un locataire qui endommagera son logement. Or, si vous avez la malchance de piger ce mauvais numéro, vous assumerez des pertes considérables de revenus et d’énormes dépenses pour remettre en ordre le logement. Si, en revanche, vous avez beaucoup plus de logements à louer, vous mettez les lois statistiques de votre côté. Vous aurez donc certainement un mauvais locataire parmi tous vos bons. Les bons compenseront le mauvais. À vous, à ce moment, de faire vos prévisions en conséquence…

Ainsi, avec votre seul flip à votre actif, vous devrez peut-être mettre une pancarte à vendre sur vos rêves de propriétaire foncier. Mais vous n’êtes pas obligé de m’écouter non plus… je suis peut-être de nature trop prudente.

Alors au final, si la bourse et l’immobilier sont trop risqués, il vous reste à cacher votre argent sous votre matelas. Mais ça aussi c’est risqué… rappelez-vous mon tout premier blogue….

Auteur Lareau - Charles-Antoine Carra
Charles-Antoine Carra

Directeur - Service aux particuliers